Nicolas Belloir – Président de la Fédération française de roller sports

 

Votre fédération est en forte croissance depuis 15 ans. Comme les autres acteurs sportifs, elle évolue aussi dans un environnement politique, économique ou numérique qui ne cesse d’évoluer. Dans ce contexte, comment envisagez-vous votre développement futur ? Quelles sont les conditions nécessaires pour pouvoir poursuivre votre croissance ?

Notre fédération connait depuis dix ans une progression constante avec cette année une croissance exceptionnelle du nombre de licenciés (+14%). Face à ce constat la tentation serait grande pour nous de s’appuyer sur ce sentiment d’optimisme pour penser que notre développement va se poursuivre sur le même rythme. Loin de nous cette idée ! Bien au contraire dans un environnement de forte concurrence des activités sportives et de raréfaction des financements publics la fédération doit, au cours de la prochaine olympiade, être encore plus conquérante, pour continuer à enrichir son offre sportive et l’adapter afin de répondre aux souhaits d’un public plus exigeant.
Comme dans beaucoup d’activités, les acteurs sportifs doivent sans cesse se renouveler et innover pour être en adéquation avec les attentes de pratiquants potentiels.
Un exemple pour illustrer cette stratégie fédérale. Des enquêtes sur le profil et le comportement des pratiquants (70 000 licenciés pour 5 millions de pratiquants) nous ont conduit au lancement, par la fédération, d’une plateforme digitale #MyRoller à destination des pratiquants. Cette plateforme est un dispositif multicanal visant à créer et animer une communauté Roller autour des 100 manifestations actuelles grand public organisées chaque année. L’objectif recherché vise à promouvoir le roller en proposant de multiples services autour de ces « événements rollers » tout en valorisant l’image positive et fun de ce sport familial et trans-générationnel avec une prise de parole social média envers le grand public.

 

Une meilleure intégration des espaces sportifs ou des cheminements doux dans le tissu urbain est un enjeu majeur pour le sport français, notamment pour les disciplines que vous représentez. Comment les fédérations peuvent-elles travailler avec les collectivités territoriales pour concevoir une ville de demain plus ouverte à la pratique sportive ?

Les fédérations, comme les collectivités locales, ne peuvent plus avancer en ordre dispersé dans ce domaine. Si le constat est partagé depuis de nombreuses années, l’affaiblissement des financements publics et la montée en puissance des besoins en matière d’équipements sportifs – y compris pour la pratique non encadrée – obligent les collectivités territoriales et les fédérations à une interaction plus régulière. Ce dialogue plus régulier et plus approfondi dépasse, à mon sens, le seul cadre d’une ville et doit être pensé à l’échelle du bassin de vie. L’outil existe avec le schéma de cohérence territoriale (Scot) qui est le document d’urbanisme le plus approprié pour penser l’équilibre entre des petits équipements de proximité et des grands équipements structurants à l’échelle d’un territoire. Le mouvement sportif doit inciter les acteurs du sport à s’engager autour de cet enjeu d’aménagement du territoire mais pas seulement dans une logique de construction d’équipements mais aussi de gestion et d’animation des activités sportives pour répondre à la pluralité des attentes sportives sur un territoire (compétition, loisirs, bien-être, santé publique,…).

 

Vous faites partie des fédérations olympiques depuis que le skateboard a rejoint le programme des JO 2020. Paris est elle candidate à l’organisation des JO 2024. Que représente cette dynamique olympique pour le développement de votre fédération ? Permettra-t-elle de vous rapprocher de nouveaux partenaires ?

Les Jeux olympiques de Tokyo 2020 seront plus jeunes, plus urbains avec l’arrivée des cinq nouveaux sports à commencer par le skateboard. Cette reconnaissance olympique pour notre fédération va nous offrir, nous l’espérons, un potentiel sportif, économique et médiatique supplémentaire via de nouveaux équipements, partenaires, sponsors, médias… C’est un nouveau challenge pour tout le monde aussi bien les skaters, les coachs ou la direction technique nationale, et c’est très enthousiasmant !

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s