Anne Schott – Directrice exécutive d’Outdoor Sports Valley

 

Pourquoi des entreprises de l’outdoor ont-elles ressenti le besoin de se réunir au sein d’un même cluster et de s’organiser collectivement ? Quels services et bénéfices leur apporte Outdoor Sports Valley dans ce cadre ?

Les entreprises de l’industrie outdoor ont pu observer l’initiative EuroSIMA, association européenne de l’industrie de la glisse créée en 1999, qui a insufflé une réelle dynamique de développement économique pour cette filière. Fort de cet exemple, elles ont souhaité reproduire un modèle similaire sur le territoire rhônalpin qui regroupe la plupart des entreprises de l’industrie des sports outdoor. En 2010, est ainsi née l’association Outdoor Sports Valley (OSV), qui fédère aujourd’hui plus de 400 adhérents et dont l’objectif est de favoriser le développement économique de la filière outdoor et l’émergence de nouveaux projets.
Pour atteindre ce but, OSV a mis en place un écosystème au sein duquel les entreprises peuvent bénéficier d’aide pour s’informer, réseauter, recruter, se former, faire des économies sur leurs achats, promouvoir leur marque, innover, exporter et s’inscrire dans une démarche éco-responsable. L’association est facilitatrice et initiatrice de projets collaboratifs dans ces différents domaines pour faire avancer l’industrie outdoor en France et en Suisse. Les adhérents sont parties prenantes des projets mis en place afin de proposer des services qui répondent au mieux à leurs besoins et qui accélèreront leur développement.

 

Quels liens le cluster Outdoor Sports Valley entretient-il avec les différents territoires de l’arc alpin ? Ceux-ci participent-ils activement au développement du cluster et de ses membres ?

A l’échelle des deux Savoie, de la Région Auvergne Rhône-Alpes, à l’échelle franco-suisse, européenne ou parfois internationale, les actions de l’association rayonnent à différents niveaux. Mais un nombre important d’entreprises adhérentes sont basées sur le territoire rhônalpin et c’est dans ce cadre que de nombreuses collectivités locales, départementales et régionales ont naturellement apporté leur soutien au projet OSV dès le démarrage. Les actions menées et les résultats rapidement mesurables en termes de développement économique ont permis à OSV de bénéficier d’un soutien croissant de la part de ces acteurs publics. Ces derniers apportent un support financier à l’association et un appui dans la mise en place de différents projets.
En parallèle, les entreprises adhérentes sont activement impliquées dans le développement de l’OSV. En effet, la gouvernance de l’association est composée uniquement de cadres et dirigeants d’entreprises de l’industrie outdoor qui investissent du temps bénévolement pour la mise en place des projets.
Ainsi, le modèle OSV repose sur l’implication des collectivités territoriales, l’engagement des entreprises implantées en France et en Suisse, mais aussi le soutien de partenaires privés qui apportent des compétences, une expertise, un réseau et participent ainsi activement au développement de la filière outdoor.

 

Considérez-vous que la dynamique des activités outdoor soit estimée à sa juste valeur par les autorités nationales, l’Etat notamment ? Comment mieux faire prendre conscience de son potentiel de croissance ?

Les activités outdoor sont en pleine évolution, le climat est modifié, les pratiques changent. Les produits créés par les marques s’adaptent à ces évolutions, ainsi qu’à la démocratisation des pratiques outdoor qui se développent à la montagne, mais aussi
à la campagne et en ville. La filière outdoor est en croissance depuis plusieurs années, autant en termes de nombre d’entreprises, que de chiffre d’affaires réalisé ou d’emplois créés.
En parallèle, dans un souci de bien-être et de santé, le sport de manière générale est devenu un enjeu national. Les activités outdoor sont donc reconnues, mais le potentiel de développement reste important et les opportunités de faire découvrir les sports émergents sont nombreuses.
Pour soutenir cette dynamique, les autorités nationales peuvent contribuer à la valorisation des pratiques outdoor par le biais de deux leviers importants :

  • l’aménagement du territoire : celui-ci doit s’adapter aux nouvelles pratiques et à tous les publics afin de rester attractif dans un contexte concurrentiel international,
  • l’éducation : dès le plus jeune âge, les enfants devraient pouvoir être sensibilisés à la pratique de sports outdoor accessibles à tous en toute sécurité sur des terrains de jeux variés tout en développant la conscience du respect de l’environnement.

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s