Bernard Aubriet, Président du CDOS de la Meuse, et Gilles Le Forestier, Conseiller sportif du Département de la Meuse

 

Quels sont les grands enjeux de développement du sport dans un territoire possédant les caractéristiques de la Meuse ?

Bernard AUBRIET : La Meuse est un département rural, avec une faible densité de population, qui possède deux bassins un peu plus important (Bar-le-Duc et Verdun). Il n’existe pas de structure sportive professionnelle dans notre département, ni d’équipements vraiment structurants. D’où la nécessité de réfléchir à l’organisation d’une activité sportive adaptée au contexte, avec des équipements de qualité pour répondre aux besoins des clubs en termes de pratique et de développement de service.

Gilles LE FORESTIER : Pour un territoire rural comme la Meuse, il faut mettre en perspective les enjeux de développement au travers d’une réalité spécifique : démographie faible (isolement des acteurs), conditions d’accès aux pratiques sportives (temps et moyens de transport, type et qualité des équipements), structuration qui peine à se développer (petite taille des associations et des collectivités, faible professionnalisation spécialisée), ancrage des pratiques et ressources à identifier. C’est ensuite à partir d’une analyse fine de ces éléments que peut s’imaginer une co-construction de stratégies d’aménagement et d’accompagnement du sport meusien.

 

Comment le Conseil départemental et le CDOS agissent-ils de concert pour mettre en œuvre des politiques sportives bénéficiant à tous les acteurs sportifs du territoire ?

Gilles LE FORESTIER  : Dans sa politique rénovée récemment, le département a souhaité encourager de nouvelles synergies en insérant un « volet territorial » au contrat de projet pluriannuel destiné à l’ensemble des comités sportifs et aux clubs labellisés, orientés vers la performance. Cette démarche vise à s’adapter à la réalité de la « compétence partagée » définie dans la Loi NOTRe en incitant à l’émergence de politiques sportives intercommunales intégrant l’expertise du monde fédéré. Le CDOS, tête de réseau du sport associatif, a ainsi une opportunité de confirmer son rôle de chef de file en matière de coordination associative et de soutien à l’ingénierie de projets.

Bernard AUBRIET : Après un état des lieux quantitatif, dans un contexte de mutations territoriales et de baisses des subventions publiques, nous devions engager une démarche qualitative et structurante.
Dès lors, un véritable travail de partenariat a été mené avec le Conseil départemental de la Meuse pour poursuivre cet état des lieux par une réflexion commune et partagée de tous les acteurs du Sport : le projet « En Quête de Sport », avec l’organisation de deux tables rondes (pour dirigeants sportifs et pour agents des collectivités territoriales) et la production de deux documentaires sur le sport meusien.
L’objectif était de rassembler les observations et remarques des acteurs de terrain pour créer un outil de sensibilisation et de propositions aux élus. Le CDOS se positionne donc comme un appui, un interlocuteur et un coordinateur aussi bien pour les clubs et comités sportifs que pour les collectivités territoriales.

 

De nouvelles actions communes sont-elles prévues pour continuer à accompagner la structuration du sport meusien ?

Bernard AUBRIET : Notre démarche commune vise à concevoir et organiser le sport de demain, avec tous les acteurs concernés. Nous souhaitons donc constituer des groupes de travail pour la mise en œuvre de solutions souhaitées par les dirigeants sportifs et les agents de collectivités territoriales lors des tables rondes. Mais auparavant, nous devons les réunir pour une restitution globale de tous les échanges recueillis. Il est fondamental de les impliquer dans la démarche : c’est une condition impérative de la réussite du travail !

Gilles LE FORESTIER : Le projet « En Quête de Sport » initié par le Conseil départemental et confié au CDOS 55 dans sa maîtrise d’œuvre a vu, par le biais de nombreux temps d’échanges, la constitution de nouveaux réseaux opérationnels (associatifs et institutionnels). Ainsi, la perspective de proposer des « Assises du Sport Meusien » en juin 2017 va représenter une opportunité pour rassembler l’ensemble des acteurs qui réfléchissent depuis deux ans aux adaptations structurelles nécessaires au développement du sport sur notre territoire.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s