Michel Savin – Sénateur de l’Isère

 

Vous avez présidé la mission sénatoriale sur le sport professionnel et les collectivités territoriales en 2014 (avec le sénateur Stéphane Mazars comme rapporteur). Quelle devrait être selon vous la nature des relations entre ces deux acteurs ?

J’ai en effet présidé cette mission qui nous a permis de formuler diverses propositions, dont certaines ont été reprises dans la proposition de loi « Éthique et Sport » actuellement en discussion au Parlement.

Il faut aujourd’hui partir du constat que les collectivités territoriales ont de plus de plus de difficultés à financer le sport professionnel, du fait de leur situation budgétaire. Il est donc important  de réfléchir à l’évolution du sport professionnel vers un nouveau modèle économique.

On peut d’ores et déjà distinguer le sport professionnel bénéficiant d’importantes ressources de sponsoring, droits TV, billetterie (c’est le cas du football et du rugby de haut niveau) qui doivent gagner leur indépendance et travailler sur un nouveau concept économique leur permettant d’évoluer de manière autonome. Pour les autres sports masculins et féminins, tels que le handball, le basket ou le volley, les clubs professionnels ne pourraient aujourd’hui exister sans le soutien des collectivités.

 

La question des stades et salles est particulièrement importante car elle conditionne en large partie l’autonomie financière des clubs. Comment les collectivités territoriales pourraient-elles davantage aider à la construction d’enceintes sportives génératrices de nouveaux revenus ?

Les deux mesures introduites au Sénat dans la proposition de loi en discussion sont de ce ressort : elles doivent permettre aux collectivités de garantir les emprunts des clubs dans le cadre de la construction de leurs infrastructures et mettre en place dans le même temps un plafond de financement, pour inciter les clubs à nouer des partenariats avec le secteur privé.

En ce qui concerne le nouveau modèle économique, cela pourrait être la construction en propre (tel que l’a réalisée l’Olympique Lyonnais), la gestion avec un bail emphytéotique d’un équipement sur lesquels les clubs pourraient développer une activité économique tant sportive que culturelle ou autres (salons, évènements divers), ou la vente des infrastructures existantes aux clubs.

 

Si vous deviez mettre en avant une seule mesure capable d’accélérer la transformation du sport professionnel français, quelle serait-elle ? 

J’en mettrais deux : pour les clubs professionnels ayant d’importantes ressources, favoriser le développement d’activités annexes et de recherches de partenariats afin de faire vivre les stades. Pour les autres, ayant moins de ressources, il faut encourager et assurer le développement du mécénat sportif masculin comme féminin. C’est une évolution qui permettrait aux entreprises locales de soutenir le sport professionnel. Les clubs doivent changer de fonctionnement et évoluer vers un concept économique plus large que la seule activité sportive et ces deux mesures permettent cela.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s