Alain Béral – Président de la Ligue nationale de basketball

 

La LNB a beaucoup œuvré pour mieux implanter des clubs de haut niveau dans les grandes aires urbaines. Considérez-vous que leur présence y est indispensable pour assurer le développement à long terme du basketball professionnel français ?

Oui, le projet de la LNB incluait ce travail de positionnement et de renforcement dans les grandes aires urbaines ; il est toujours d’actualité. Non pas pour faire un trait sur le passé et le maillage dans les villes moyennes de province, mais pour le compléter. Les noms des grandes villes sont autant de « marques » qui « claquent » dans le monde sportif, notamment hors de nos frontières. La capacité des clubs à engranger des recettes dans les grandes aires urbaines est bien entendu supérieure : le maillage des entreprises est plus serré, et ils sont à même de remplir mieux et régulièrement de plus grandes salles, ce qui assure le spectacle mais aussi de meilleures recettes pour compléter le sponsoring ; c’est souvent dans ces aires qu’on trouve les plus grosses entreprises nationales ou leurs filiales ; elles recherchent pour leurs personnels et leurs clients des lieux de convivialité et de rencontres professionnelles (clubs d’entreprise) que le sport de haut niveau peut proposer autour des matchs ; ces métropoles sont équipées d’aéroports internationaux, ce qui facilite aussi l’organisation de compétitions européennes pour optimiser l’économie de la grande salle. On peut dire que les Arenas de plus de 10 000 places ne peuvent être raisonnablement « tentées » que dans des agglomérations de plus de 500 000 habitants. Pour boucler, je dirai qu’il est aussi important pour un sport de ligue d’occuper tout le territoire ; et donc, la présence dans les villes moyennes est aussi très importante ; d’autant pour le basket, que cette situation est celle d’où nous venons et qu’il faut donc protéger.

 

De par leur capacité à accompagner les clubs dans leurs projets structurants (construction d’une salle, liens avec le monde économique…), les métropoles et les agglomérations ont-elles vocation à devenir les collectivités de référence du basketball professionnel français ?

Le basketball est important pour l’accès au sport des enfants et des jeunes ; les ligues professionnelles A et B représentent la vitrine attractive qui anime les régions et donne envie à ces jeunes de rejoindre un club fédéral ; les collectivités telles que les conseils départementaux et/ ou conseils régionaux l’ont bien compris et soutiennent les centres de formation des clubs pro qui donnent une formation de qualité en sport-études. Mais il est vrai que pour qu’un club pro franchisse le cap de l’investissement nécessaire pour acquérir/ agrandir sa salle de façon à l’exploiter, il a besoin du soutien des collectivités plus proches qui les aident à financer ou (si la loi en la matière passe prochainement) à garantir les emprunts contractés ; dans ce cas, la collectivité de référence est l’agglomération ou la Métropole qui de plus, peut organiser l’animation de son territoire et/ou des spectacles autour d’un lieu bien placé dont elle organise les flux et la sécurité.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s