Claire Rousseau – Vice-présidente de la région Normandie

Comment le projet territorial normand a-t-il conduit à candidater puis organiser les Jeux équestres mondiaux (JEM) 2014 ?

Compte tenu de l’importance du cheval et de la culture équine en Normandie et en France, dès l’origine de la candidature, les acteurs publics ont considéré les JEM comme un levier de développement particulièrement pertinent pour l’ensemble de la Normandie. Ils ont inscrit la préparation de la candidature dans cette stratégie. En cela le projet territorial préexistait aux JEM.
Si les JEM étaient d’évidence une occasion exceptionnelle de promotion et d’ouverture de la Normandie à l’international, leur dynamique devait avant tout être utilisée comme accélérateur de projets pour des héritages pérennes en région. C’est dans cette optique qu’un projet territorial s’est structuré en lien avec le Comité d’organisation de l’événement.
Le projet territorial devait également permettre l’appropriation des JEM par l’ensemble de la population. Les acteurs et les habitants, au-delà des familiers de l’équitation devaient percevoir que les JEM sont aussi organisés pour et par le territoire.

L’héritage laissé par les JEM 2014 se caractérise notamment par un important et innovant programme d’actions sportives, éducatives, sociales, etc. Quels en sont les aspects les plus importants pour la région Normandie ?

Le projet territorial, intitulé « L’Elan Des Jeux », s’est décliné en trois temporalités :
– 15 mois pour mobiliser le territoire et populariser les sports équestres ;
– 15 jours pour célébrer le sport, le territoire et la culture équestre ;
– 15 ans d’héritage pour prolonger l’impact du projet.
Il a permis de développer ou d’accélérer des projets dont les enjeux dépassaient largement le simple cadre du sport comme l’aménagement du territoire, le développement de la filière équine et de la filière touristique et la promotion de la filière économique.
En matière de pratiques sportives et éducatives, peuvent être cités notamment :
les actions d’incitation à la pratique des sports équestres, notamment vers les jeunes,
la consolidation économique des centres équestres,
le programme de consolidation des grandes compétitions équestres normandes.

La nouvelle Région Normandie poursuit-elle aujourd’hui cette politique événementielle au service de son développement territorial ? Avec quels nouveaux projets ?

La volonté est effectivement de poursuivre la dynamique événementielle en accompagnant les principales compétitions internationales organisées sur le territoire. Il s’agit en particulier de structurer l’événementiel tant dans l’approche territoriale autour des principaux sites normands (Haras du Pin, pôle hippique de Saint-Lô, Pôle international du Cheval à Deauville, épreuves dans la métropole rouennaise) que dans la diversité des disciplines concernées : saut d’obstacle, concours complet, dressage, para-dressage, attelage, horse-ball, endurance… L’objectif est non seulement de permettre à ces événements de rayonner au niveau national et international, d’en faire des vitrines pour la filière équine normande mais aussi de les ancrer sur le territoire et d’y faire venir la population locale. Cela passe notamment par la consolidation des modèles économiques et par un travail de fond sur la promotion de ces événements.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s